Les 12 biais cognitifs les plus courants

Les 12 biais cognitifs les plus courants

Comment les biais cognitifs nous nuisent-ils ? Que pouvons-nous faire pour reconnaître ces pensées déformées ? Découvrez les plus courantes et comment y faire face.

Il existe plusieurs types de biais cognitifs que les humains peuvent utiliser pour faire face à certaines situations ou idées difficiles. Parmi les plus pertinentes, les psychologues soulignent les suivantes.

1- Pensée polarisée

C’est la pensée du « tout ou rien ». Diviser la réalité en deux et en termes absolus sans voir le juste milieu. « Toujours » ou « jamais », « bon » ou « mauvais », « tout le monde » ou « personne ».

Ainsi, les personnes qui utilisent une pensée polarisée ou dichotomique construisent leur réalité sur la base de deux catégories.

Par conséquent, une chose est soit mauvaise, soit bonne ; dans ces erreurs cognitives, il n’y a pas de nuances de gris. La tendance à faire des évaluations aussi extrêmes crée un comportement très autoritaire qui est très difficile à vivre.

2 – Généralisation excessive

Généraliser à partir de cas isolés et tirer une conclusion qui s’applique à tout. Par une généralisation excessive, les gens essaient de tirer une idée d’un événement qui ne s’est produit qu’une seule fois.

En d’autres termes, on a tendance à généraliser à travers une seule action qui ne définit pas nécessairement notre personnalité.

3 – Déduction arbitraire

Parvenir à une conclusion sans partir de rien, sans preuve. Lorsqu’une personne a tendance à utiliser ce biais de perception, elle finit par comprendre la réalité sur la base de croyances tirées de certaines expériences ou de schémas de pensée déformés.

Normalement, les gens apprennent ces erreurs cognitives par le biais de mauvais comportements acquis au cours de leur vie.

4 – Abstraction sélective ou filtrage mental

Se concentrer uniquement sur les aspects négatifs d’une situation, en ignorant et en excluant tous les autres aspects positifs.

Dans l’abstraction sélective, les gens finissent par donner beaucoup plus de poids aux aspects négatifs qu’aux aspects positifs d’un événement ou d’une expérience.

Par conséquent, l’accent est mis sur le mauvais et ces distorsions ou erreurs de pensée sont amplifiées.

5 – Grossissement et minimisation

Exagérer l’ampleur des événements négatifs et minimiser l’ampleur des événements positifs. Par conséquent, les personnes qui ont cette distorsion de la réalité finissent par réduire ou amplifier les choses et les idées de manière très disproportionnée.

Dans le cas de la minimisation, le biais congnitif consiste à minimiser certains événements ou expériences qui peuvent être positifs pour la personne. L’amplification, quant à elle, consiste à exagérer les aspects négatifs d’une expérience, d’un événement ou d’une personne.

6 – Personnalisation

S’attribuer les causes de ce qui se passe autour de soi et penser que tout est lié à soi. Ces erreurs cognitives résultent de l’habitude qu’a une personne de rapporter constamment à elle-même les événements qui se produisent dans son environnement, en se concentrant généralement sur les aspects les plus négatifs.

7 – Projection

Projeter ses pensées et ses émotions sur une autre personne. La projection est l’une des illusion cognitive que les gens utilisent le plus pour essayer de se « défendre » contre les menaces que nous croyons exister à l’extérieur.

À tel point que ces pensées déformées finissent par rejeter la responsabilité de nos actions, de nos sentiments et de notre comportement sur quelqu’un d’autre.

8 – Raisonnement émotionnel

Créer des arguments basés sur ce que vous ressentez plutôt que sur la réalité. Croire que si l’on ressent quelque chose, la réalité correspond à ce sentiment.

Lorsqu’une personne utilise le raisonnement émotionnel, elle finit par façonner une croyance ou une pensée en fonction de ce qu’elle ressent à un moment donné ou dans une situation particulière.

En fait, il s’agit d’un biais cognitif dans lequelle les gens s’auto-sabotent le plus souvent.

9 – Devrait

Se concentrer sur ce que quelqu’un, ou d’autres, devrait faire ou devrait être. Avoir des règles rigides et exigeantes sur la façon dont les choses doivent être.

Les déclarations « devraient » sont des croyances que nous avons sur la façon dont nous devrions agir, penser ou être envers les autres et nous-mêmes.

Lorsqu’une personne a tendance à utiliser ce type de pensées déformées, elle finit par s’autocritiquer de manière excessive.

10 – Vision catastrophique

Imaginez les pires conséquences possibles. Parmi les options possibles, penser que le pire se produira. Les personnes qui ont tendance à utiliser cette distorsion cognitive ont tendance à anticiper les événements, mais toujours à partir d’une vision très catastrophique.

À tel point que parfois, ces type de biais cognitif peuvent finir par amener la personne à ne pas réaliser l’action en raison d’une peur infondée.

11 – Blâme

Il existe deux variantes : blâmer les autres pour ses propres problèmes ou se blâmer soi-même pour les problèmes des autres.

On accorde trop de valeur après coup à ce qui aurait dû être fait. Ainsi, cette distorsion cognitive consiste à attribuer la responsabilité et le blâme d’un acte soit à nous-mêmes, soit à quelqu’un d’autre, indépendamment de ce qui l’a réellement causé.

12 – Faux raisonnements

Il existe plusieurs faux raisonnements, le faux raisonnement de contrôle (penser que l’on a une responsabilité excessive dans ce qui se passe), le faux raisonnement de justice (considérer comme injuste tout ce qui ne coïncide pas avec vos souhaits), le faux raisonnement de changement (penser que le changement doit se produire en raison de facteurs externes, d’autres personnes) ou le faux raisonnement de raison (supposer que l’on a raison et rejeter les opinions des autres).

Ce sont là quelques-unes des principaux biais cognitifs les plus connues. Nos croyances, nos hypothèses sur la réalité et nos habitudes de pensée influencent la façon dont nous comprenons le monde, prenons des décisions, nous comportons et ressentons. Il est important d’examiner et d’être conscient de cela, car c’est quelque chose que nous pouvons changer.

Sources

monpsychomag

MONPSYCHOMAG est un site, regroupant les psychologues du monde entier, qui a pour objectif d'apporter des solutions pratiques à la population à travers la psychologie. Il est constitué des Psychologues du travail, de la santé, de l'éducation, de l'orientation et autres. Suivez nous pour plus d'impact. Le meilleur s'installe en vous.

Un commentaire sur “Les 12 biais cognitifs les plus courants

Laisser un commentaire