L’amitié entre homme et femme existe ?

L’amitié entre homme et femme existe ?

La question soulève encore et toujours les passions. Non, affirment certains, pour qui l’attirance sexuelle ne peut jamais être totalement évacuée. Oui, soutiennent d’autres, qui entretiennent des liens sans ambiguïté. Enquête sur les rapports délicats entre désir et mixité.

Un homme et une femme amis ?

L’idée fut longtemps inconcevable, les deux sexes vivant dans des univers séparés, sans vraiment se connaître hors des liens du couple. La généralisation du travail des femmes puis la mixité à l’école ont bousculé ces rapports distants. Les périodes de célibat, bien plus nombreuses au cours de la vie qu’autrefois, laissent le champ libre à la naissance d’amitiés solides entre hommes et femmes, et à toutes leurs ambiguïtés.

Les garçons et les filles ont été pris en considération de la même façon, dans le respect de leur part féminine et masculine. Depuis qu’ils sont petits, ils se comprennent, sont proches émotionnellement. Il n’est pas rare que la meilleure amie d’une fille soit un garçon. » Ceux-là ne se posent jamais la question du désir sexuel, car « il naît de la différence, tandis que l’amitié se nourrit de similitudes, selon les psychanalystes. La complicité amicale ne laisse pas assez de place à l’altérité pour que le désir survienne ».

Un ami, c’est quelqu’un qui nous connaît par cœur, à qui nous nous livrons sans fard. Le désir a besoin de mystère, ce dont l’amitié se passe volontiers : « Désirer l’autre, c’est percevoir que sa construction psychique n’a rien à voir avec la mienne. Cette différence crée un vide entre l’autre et moi, que je vais chercher à combler grâce à la sexualité.

Avec un ami, les enjeux relèvent d’un autre ordre : nous tentons de rejouer la tendresse, la proximité que nous avons vécues avec papa, maman, nos frères et sœurs. Nous sortons du champ du sexuel pour ne pas risquer de convoquer une situation incestueuse. »

Les dangers de l’intimité

Quand les frontières se déplacent, le flou fait entrer un tiers dans la danse : le conjoint. Car l’amitié entre homme et femme ne comporte pas les mêmes enjeux entre deux célibataires qui peuvent jouer à se désirer, avec out sans passage à l’acte, qu’entre deux personnes en couple chacune de leur côté.

Certaines femmes s’interdisent d’avoir des amis hommes, car elles savent qu’elles ne supporteraient pas que leurs maris aient des amies filles. Elles ne sont pas du tout décontractées sur ce sujet.

D’autres acceptent, elles, les amitiés féminines de leurs compagnons. Mais, même si elles sont sûre qu’il n’y a rien de sexuel entre eux, dire que ces relations les réjouissent serait hypocrite.

Pour la plupart des hommes, ce n’est pas la tromperie qui est la plus redoutée dans ces amitiés, mais le danger d’une trop grande intimité. On sait à quel point la conjugalité peut agréger les mauvaises parties de soi, combien il est compliqué au quotidien de maintenir un fort degré de complicité. C’est un peu comme si l’ami profitait de nos meilleurs côtés : l’humour, la légèreté, sans souffrir des désagréments. » Perturbant, évidemment…

Et vous chers lecteurs et lectrices, que pensez-vous de l’amitié entre homme et femme ?

Psychologies

LA REDACTION

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :