Rebecca GBODUI nous parle de BECKY BIO

Rebecca GBODUI nous parle de BECKY BIO
Madame Rebecca GBODUI

Elles représentent en Afrique 58% de ceux qui travaillent à leur propre compte. Les femmes entrepreneures constituent de nos jours de véritables richesses pour l’Afrique. Cependant elles sont occultées dans la plupart du temps. Leurs activités sont méconnues par beaucoup de personnes. Mon aventure d’aujourd’hui m’a fait découvrir Madame Gbodui Amivi Rebecca, entrepreneure dans la transformation agricole, à Kpalime (ville située dans la région maritime au Togo en Afrique de l’ouest). Découvrez nos échanges dans ce qui suit.

Kevin DAH : Bonjour madame Rebecca, présentez-vous à notre lectorat.

Rebecca GBODOUI : On m’appelle madame Rebecca Amivi GBODOUI, je suis journaliste à la retraite, actuellement entrepreneure dans la transformation des produits locaux, plus précisément dans la transformation de la tomate. Tout ce qui tourne autour de la tomate 🍅. Les fruits de tomates, les pâtes de tomates, les purées de tomates, les cirop de tomates, le jus de tomate, la confiture de tomates. Voilà ce que nous faisons à BECKY BIO. La tomate 🍅 a des vertus énormes.

Kevin DAH : Alors, qu’est-ce que BECKY BIO ?

Rebecca GBODOUI : BECKY BIO, c’est le nom de mon entreprise. BECKY c’est mon nom, BIO, veut dire que nous produisons des produits bio. C’est ce qui donne tout le nom BECKY BIO. Le nom est parti de là parce que le bio est lié à notre santé. Tout ce que nous mangeons, agit sur notre santé. Quand nous allons dans les villages on constate que nos grands parents vivent longtemps c’est à cause de leur alimentation bio. Ils mangent naturel, en réalité. Et c’est ce que je souhaite pour nous. Je veux que notre alimentation soit bio.

Kevin DAH : D’où est partie l’idée de création de BECKY BIO ?

Rebecca GBODOUI : L’idée de création d’entreprise m’est venue, il y a 5 ans. En fait, à chaque période de tomates, quand je vais dans les marchés, je vois comment les tomates pullulent. Les femmes par exemple de la région des lacs sont tout le temps obligées de verser par terre les restes des tomates non vendues. Elles les versent par terre, car elles ne peuvent plus les retourner à la maison par défaut de moyen de conservation. Alors j’ai commencé à réfléchir. Comment on peut résoudre ce problème. En période de tomates c’est abondant, mais quand ça fini, tout le monde commence à crier, oh la tomate 🍅 coûte chère, la tomate coûte chère. Donc je me suis dit, on peut conserver. Je me suis rappelé de la méthode de conservation à l’école, après, j’ai approfondi mes connaissances auprès d’autres sœurs qui sont dans la transformation. Elles m’ont donné des conseils. En 2018 j’ai fait ma première expérience, j’ai vu que c’était bien, j’en ai parlé à mes amies, elles ont apprécié. Et voilà, c’est comme ça que mon entreprise est née

Kevin DAH : Quelle est la particularité de BECKY BIO ?

BECKY : La différence entre produits et les autres est que mon produit est naturel. Souvent les tomates Sont cultivées avec l’angrais. Les gens utilisent les pesticides, ils ne veulent pas sarcler avec la houe, ils préfèrent les herbicides et quand c’est comme ça, c’est déjà faux. Alors moi je fais ma production avec des tomates sans produits chimiques. Vous allez me demander comment je fais pour savoir si la tomate 🍅 est bio ou pas. Il y a des testeurs qui viennent certifier si le produit est bio ou pas.

Kevin DAH : Où peut-on trouver les tomates BECKY BIO ?

Rebecca GBODOUI : Mes tomates, sont à Lomé et à Kpalime. Bientôt je vais distribuer dans toute la sous-région. Je sais qu’il y a un de mes grands frères qui est TANKO TIMATI, il a commencé depuis. C’est maintenant que moi je viens le suivre. Avec ses conseils, je verrai comment il fait pour que je puisse distribuer aussi dans la sous-région. Mais pour le moment, c’est à Lomé et à Kpalime. Nous avons des vitrines à Lomé où nous déposons nos produits. Actuellement, nous travaillons sur comment installer des vitrines à Kpalime, Atakpame et autres. On veut faire également les livraisons à domicile. Vous pouvez également contacter BECKY BIO sur le 0022890423216

Kevin DAH : Votre dernier mot à ceux qui vous lisent

Rebecca GBODOUI : J’exhorte les femmes à travailler. Nous avons de l’argent au Togo, mais tout le temps on crie qu’il n’y a pas d’argent. Il y a des opportunités mises par l’état à leur endroit. Au jeunes filles, créées de la richesse, pour faire circuler de l’argent dans notre beau pays le Togo.

NB : Vous êtes entrepreneur africain, dans n’importe quel domaine, et vous souhaitez paraître dans la rubrique DECOUVERTE de notre site pour vous faire connaître et gagner en visibilité de votre produit ou service ? Merci de nous envoyer un message au monpsychomagtogo@gmail.com ou au 00228 99924341 ou encore directement par whatsapp par ce lien https://wa.me/+0022899924341

LA REDACTION

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: