Jalousie maternelle et rivalité féminine

Jalousie maternelle et rivalité féminine

Notre malaise culturel face à la jalousie d’une mère pourrait bien être alimenté par un courant : combien nous sommes inquiets face à la rivalité féminine en général.

C’est exactement ce qui a surpris Susan Shapiro Barash lorsqu’elle a commencé à enquêter et à interviewer des femmes pour son livre Tripping the Prom Queen. Qu’a-t-elle découvert ? Qu’il y en a peu parmi nous qui peuvent résister à jalouser la reine du bal qui caracole.

Ce n’est pas non plus tout à fait nouveau ; après tout, la mythologie grecque attribuait le début de la guerre de Troie à un concours de beauté parmi les déesses, avec un malheureux mortel faisant son choix. Pourtant, mis à part les mythes, nous aimons nous considérer comme accueillants et gentils, pas intrigants et jaloux.

Et, si nous ne le sommes pas, nous n’allons certainement pas en parler publiquement à moins que nous ne soyons payés beaucoup d’argent pour le faire dans une émission.

Le code du silence et du secret rend la jalousie d’une mère d’autant plus toxique qu’il lui est impossible d’admettre ses sentiments à tant de niveaux. Pour cette raison, sa jalousie pour sa fille ne sera jamais exprimée directement mais toujours de manière alambiquée et indirecte, ce qui la rend d’autant plus toxique et difficile à gérer pour une fille.

La jalousie et la colère sont très personnelles dans un sens très spécifique parce que ces émotions reflètent le moi, pas l’objet des émotions. Parce que ces sentiments sont autoréférentiels, plus la mère est impliquée ou narcissique, plus il est probable qu’elle sera jalouse ou envieuse.

Références

  1. https://www.psychologue.net/articles/les-relations-toxiques-des-meres-jalouses-et-de-leurs-filles
  2. https://www.marieclaire.fr/,je-suis-jalouse-de-ma-fille,718992.asp
  3. https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=144712.html

LA REDACTION

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :