Votre impulsivité vous stresse ?

Votre impulsivité vous stresse ?

Excès d’enthousiasme ou manque de recul, vous avez tendance à agir au coup par coup, sans visibilité. Résultat : vous courez sans cesse après le temps (tout devient urgent) et vous jouez un peu trop avec le feu et vos nerfs. Avec le temps, vous accumulez le stress. Que pouvez-faire dans une telle situation ?

1. Soyez programmer

Faites-vous un plan de travail quotidien : listez vos obligations (travail, courses, démarches administratives, rendez-vous, etc.). Prévoyez dès la veille votre programme du lendemain soir, dès mardi, celui du week-end, dès février, vos vacances. Et planifiez au maximum le temps libre de vos enfants ( si vous en avez) afin de ne pas vous retrouver chaque semaine confronté à la question angoissante « on fait quoi ? ».

2. Gardez du temps

Ne « bourrez » pas vos journées. Dans la vie, il y a des imprévus (contretemps, problèmes de transports, clients qui débarquent à l’improviste, rencontre hot). La bonne équation : 25 % de temps « libre » pour faire face aux problèmes ou profiter des plaisirs inattendus.

3. Respectez les échéances

Travaux à remettre, factures à régler, entretien de votre voiture (ou moto), visites de contrôle (médecin, dentiste, etc.)… Dans la vie, il y a aussi des échéances. Chaque fois que vous êtes hors délais, vous vous créez des problèmes. Ce qui vous demande cinq minutes aujourd’hui vous prendra trois heures demain (délais, entretien perso et machines).

4. Réglez les problèmes

Vous faites l’autruche sur un petit ou un grand problème ou conflit que vous voyez se profiler au bureau ou à la maison, en vous disant qu’avec le temps, ça va s’arranger. Neuf fois sur dix, immanquablement, les choses s’aggravent et là encore, ce qui aurait pu être réglé en dix minutes vous prendra trois jours.

5. S’adapter

Dans la vie, rien ne se passe jamais exactement comme prévu. Il y a des contretemps, des incidents de parcours et aussi des changements. Chaque fois que vous bloquez (même avec le bon droit pour vous), vous perdez du temps. Alors, efforcez-vous d’être toujours positif pour avancer.

Demandez-vous « qu’est-ce que je peux faire : au lieu de critiquer («celui-là, jamais à l’heure», d’accuser («c’est de sa faute»), ou de regretter («c’était mieux avant »).

Vous avez des questions sur cet article , et vous souhaitez en savoir plus ? Posez votre question sur notre section «Questions». Et n’oubliez pas de commenter l’article juste en bas.

LA REDACTION

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :