L’ultracrépidarianisme

L’ultracrépidarianisme

Prenez une grande inspiration et relisez le titre. Vous voyez, ce n’est pas si compliqué que ça ! Vous vous demandez ce que peut vouloir dire ce mot et c’est tout naturel. Alors, sans tarder allons au vif du sujet.

Qu’est-ce que l’ultracrépidarianisme ?

Ce mot un peu barbare est issu d’une expression latine : « sutor, ne supra crepidam », signifiant « cordonnier, pas plus haut que la chaussure ». Cette curieuse expression signifie en réalité qu’une personne ne peut se permettre de se consacrer à une tâche autre que celle correspondant à ses compétences (en l’occurrence, pour le cordonnier, s’en tenir à la chaussure, et pas plus haut).

Cette citation latine proviendrait d’une histoire vraie, rapportée par un artiste peintre des années 380 avant J.C., en Grèce. Ce peintre avait exposé des toiles à la vue de passants dans la rue, et écoutait les critiques des gens qui passaient devant lui. Un cordonnier se serait adressé à lui en lui faisant remarquer une erreur sur un des tableaux, à propos d’une anse de chaussure. L’artiste accepta la critique, en constatant le métier de l’homme qui l’avait émise. Le lendemain, le même homme revint, et constatant l’erreur corrigée, critiqua également la jambe dessinée sur le même tableau. L’artiste, cette fois, aurait répondu au cordonnier de se limiter à ce qu’il connaissait, à savoir la chaussure, et rien au dessus.

En termes plus clairs, l’ultracrépidarianisme est un comportement consistant à donner son avis sur des sujets à propos desquels on n’a pas de compétence crédible ou démontrée. C’est un syndrome très répandu dans nos sociétés, qui passe inaperçu mais qui n’en est pas moins dangereux.

Cette tendance a été encore plus largement répandue depuis le début de l’année 2020, où chacun pouvait donner son avis pour décrire la crise sanitaire, l’origine du virus, comment le guérir, etc., tout en admettant ne pas être médecin ni chercheur scientifique.

Il est à rappeler que ces personnes ne se rendent pas forcément compte qu’ils ne donnent pas des informations correctes et refusent de reconnaitre leur incompétence. Cela se rapproche de l’effet de surconfiance ou l’effet Dunning-Kruger,

Quels sont les dangers de l’ultracrépidarianisme ?

Comme vous l’aurez sûrement compris, parler d’un sujet qu’on ne maitrise pas ou dont on n’a pas les compétences requises pourrait créer de la désinformation. L’ultracrépidarianisme est à l’origine des fake news, des fausses rumeurs, des fausses vérités qui courent nos quotidiens, et surtout la toile. Et pour les plus candides d’entre nous qui ne savent pas faire la part des choses, cela constitue un véritable risque dans ce sens où la personne source qui donne l’information donne une information erronée.

Vous remarquerez que les gens sont plus enclins à croire les personnes influentes dites <<influenceurs>> que toute autre personne. La clé de l’ultracrépidarianisme est d’avoir de l’assurance. Et les gens vous croiront même si vous ne savez pas de quoi vous parlez.

Comment y faire face ?

Donner son avis sur un sujet donné n’est pas en soi une mauvaise chose et tout le monde le fait périodiquement. Néanmoins il serait mieux de faire attention aux sujets sur lesquels donner son avis et ne pas extrapoler ses domaines de compétences. Aussi, s’assurer de la véracité de ce que l’on avance tant que cela ne rentre pas dans nos domaines de compétence serait un atout. Pour finir, éviter de tomber dans les fake-news en évitant de partager une information ou tout simplement d’y croire tant qu’on n’a pas confirmé sa véracité.

Ne nous empêchons pas de donner notre avis, ni de débattre, de réfléchir, d’avancer vers la raison. Cependant, il faut rester humble et connaître les limites de nos savoirs, en posant des questions et en confrontant les points de vue.

Vous avez des questions sur l’ultracrépidarianisme et vous souhaitez en savoir plus ? N’hésitez pas à poser votre question sur notre section « Questions » . Et n’oubliez pas de commenter l’article pour expliquer votre point de vue sur le sujet, que vous viviez cette situation de près ou de loin.

Candide SOSSOU

Hello chers lecteurs. Je suis Sossou Essi Candide, psychologue du travail et des organisations en formation. En parallèle je suis une jeune écrivaine, maman de Je Vais Bien. Je pense que vivre en société implique beaucoup de choses auxquelles beaucoup de gens ne sont pas initiés. Parmi ces choses figurent le fait de se connaitre soi-même et de connaitre les autres. Et si nous nous initions ensemble !? Rendez-vous chaque mardi dans la rubrique CONNAISSANCE DE SOI ET DES AUTRES, sur le site MONPSYCHOMAG. Je serai ravie d'interagir avec vous sur n'importe quelle question qui vous préoccuperait à ce sujet. A bientôt!

2 commentaires sur “L’ultracrépidarianisme

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: