Je veux être autonome, comment faire ?

Je veux être autonome, comment faire ?

Comme mon dernier article le mentionne, lorsque nous laissons le pouvoir de décision à autrui dans notre vie, nous nous sentons allégé. Mais cela ne nous permet pas de mûrir et de devenir des personnes responsables, ce qui affecte négativement notre vie sociale et personnelle sur plusieurs plans. Tout comme les rédacteurs de Monpsychomag , vous avez pris la résolution de gagner votre autonomie au prix de rudes efforts. Vous avez le sentiment d’avoir pris la décision qui amènera un changement radical dans votre vie mais vous ne savez pas comment vous y prendre. Voici quelques astuces proposées par votre Magazine de Psychologie Africain pour s’autonomiser des parents:

Se connaitre soi même

Pour prétendre être autonome, vous devez connaître vos forces, vos faiblesses, vos compétences. Être en mesure de gérer vos émotions et de faire la part des choses. Vous connaître le mieux que possible vous permettra de mieux définir vos objectifs et les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre.

Faire preuve de patience et de compréhension

Vous ne deviendrez pas autonome du jour au lendemain. S’autonomiser est un processus qui nécessite la mise en place de nouvelles habitudes dans le temps. Pendant longtemps vous dépendiez d’une personne qui avait les rênes de votre vie, les lui retirer ne sera pas aussi facile et rapide que vous le voudriez. S’autonomiser c’est mettre à l’épreuve sa patience, son indulgence et sa capacité de compréhension. C’est seulement si vous y parvenez que vos parents vous reconnaîtront prêt à entrer dans la cour des adultes.

Prendre de la distance avec son éducation

Il ne s’agit évidemment pas de rejeter en bloc toutes les valeurs que nos parents nous ont transmises, mais simplement de faire un bilan objectif des éléments positifs et des aspects plus contestables qui n’ont aucune raison de peser sur notre propre quotidien.

Remettre en cause les décisions prises par nos parents et nos opinions personnelles

Ils n’ont certes pas le monopole de la connaissance mais ils ont de l’expérience, c’est vous dire qu’ils sont les plus aptes à prendre en compte les divers paramètres d’une situation que vous. Si vous ne partagez pas leurs décisions, assurez-vous de savoir si ce n’est peut-être pas la meilleure décision en vous mettant à leur place. Vos opinions personnelles, étudiez-les soigneusement avant d’en faire la vérité suprême. Soyez apte à recevoir des critiques et à en faire.

Affirmer ses opinions face à ses parents

Vous devez apprendre à vous exprimer, à vous expliquer avec vos parents ou tuteurs. Allez-y le plus posément et poliment que possible avec des arguments afin qu’ils ne pensent pas vous cherchez à vous rebeller ou leur tenir tête. Exprimer votre désaccord ou votre opinion personnelle en gardant votre son sang-froid est plus positif. Il ne sert à rien d’être en colère, il est question de leur faire voir les choses comme vous les voyez et de leur demander de se mettre dans votre position et de comprendre vos motivations. Dites ce que vous aimez, n’aimez pas, ce que vous voulez et pour un début négocier car l’autonomie ne peut-être acquise de façon globale en une fois. Gagner leur confiance à petit coup et jusqu’à ce que vous ne vous en rendiez compte ils demanderont votre avis dans la prise de grande décision.

Répéter et négocier vos demandes

Vous vous demandez pourquoi ? Parce que la répétition des informations est une composante essentielle de l’apprentissage et de la mémorisation. Le cerveau a besoin de répétitions pour ancrer vos nouveaux modes de fonctionnement. Répéter ici consiste à formuler de manière explicite le vœu de devenir autonome. Vous ne pourrez avoir les libertés que vous voulez que si vous faites bon usage du peu que vous avez déjà. MONPSYCHOMAG vous propose d’utiliser ce que vous faites déjà bien pour avoir ce que vous voulez. Sophie raconte qu’au début elle faisait tous les travaux ménagers avant d’aller demander la permission de sortir pour rentrer tard à la maison. Avec le temps elle n’était plus obligée de faire tous ces travaux, il lui fallait juste expliquer le motif pour lequel elle rentrerait tard. Ainsi elle obtient la permission sur la majorité de ses demandes. Faites à vos parents des offres alléchantes pour une toute petite contrepartie et vous êtes certain d’être gagnant.


Poser des actes qui dénotent de votre autonomi
e

Il faudrait commencer par ne plus faire recours aux parents pour certains besoins élémentaires. Faites des économies. On se fixe des objectifs réalistes qu’on atteint. Éviter les discussions et disputes inutiles. Commencez par vous responsabiliser par de petits actes au quotidien. N’attendez pas d’avoir les autres sur le dos avant de faire ce qu’il faut que vous fassiez ou que vous pouvez faire. Ayez du zèle, bientôt vos parents vous confierons de plus importantes responsabilités.

N’hésitez pas à demander de l’aide

Même si être autonome crée un climat de confiance et de paix intérieure, parfois vous êtes obligé de demander une assistance ou de faire appel à un professionnel pour prendre le relai, si vous n’êtes pas suffisamment équipé. Notre manque d’assurance et de confiance en nos choix et jugements fait que l’opinion de papa et maman occupe une place bien trop importante dans notre vie d’adulte, alors qu’on est censée aspirer à une relation harmonieuse, réciproque et enrichissante avec eux.

La nécessité d’une autonomisation psychologique, physique et financière s’impose. C’est un processus par lequel un homme ou un groupe d’hommes acquiert ou détermine de lui-même ses propres règles de conduite. La capacité d’autonomie résulte de l’intériorisation de règles et de valeurs, consécutives à un processus de négociation personnelle avec les divers systèmes normatifs d’interdépendance et de contraintes sociales.

L’équipe de MONPSYCHOMAG espère que cet article vous aidera à amorcer ce processus et se tient à votre disposition pour vous accompagner. Laissez-nous en commentaire les astuces qui vous ont aider à avoir votre autonomie. Que le meilleur s’installe en vous!

Heldyn GOLO

Je suis Heldyn GOLO, psychologue clinicienne et de la santé en formation. La santé mentale pour ma part est autant importante que la santé physique. Je veux être une oreille attentive pour vous et vous accompagner dans vos projets de chaque jour. Soucieuse de votre bien-être, suivez moi dans la rubrique Bon à savoir de MONPSYCHOMAG pour que le meilleur s’installe en vous.

Laisser un commentaire