La psychologie des champions

La psychologie des champions

Vous vous demandez sûrement, quel rôle pourrait jouer la psychologie ( le psychisme) dans une épreuve physique ? Figurez-vous qu’une préparation mentale est primordiale pour devenir un grand sportif, un champion … « Pour gagner une compétition il faudrait d’abord la gagner dans sa tête.» Cela pourrait sembler absurde ! C’est absolument normal !

Comment préparer et gagner une compétition mentalement? Pour apprendre à faire cela nous allons travailler sur une dimension psychologique qui est l’estime de soi. Nous allons en effet travailler sur une des composantes de l’estime de soi qui est la confiance en soi. Il est très important pour un grand champion, ou toute personne qui veut devenir un grand sportif de compétition de travailler sur « la confiance en soi.» C’est ce qui fera la différence entre lui et les autres compétiteurs.

1- Ne jamais sous-estimer les capacités de l’adversaire

Commandez vos travaux de reprographie au 0022892231034

Lorsque vous avez trop confiance en vos capacités, vous aurez tendance à sous estimer les capacités de votre adversaire lors d’une compétition. Vous diminuez vos chances de gagner la compétition à 50 %. En sous estimant l’adversaire vous aurez tendance à penser que la compétition est déjà gagnée d’avance. Du coup, pendant la compétition vous n’allez plus vous donner au maximum. Ceci pourrait vous porter préjudice. Le temps de vous rendre compte que la performance de l’adversaire n’est pas ce que vous pensez il aurait déjà une longueur d’avance sur vous.

2- Ne jamais sur-estimer l’adversaire

Cela implique la peur de l’adversaire car vous n’avez pas assez confiance en vos capacités. Vous avez peur de lui, vous le croyez redoutable et plus fort que vous et vous vous créez tous les arguments possibles pour le justifier. La peur en général n’est pas amie de la compétition, encore moins la peur des autres compétiteurs ( vos adversaires ). Cette peur va vous paralyser et elle ne vous permettra pas de donner le meilleur de vous. Vos membres auront tendance à trembler et vous aurez du mal à appliquer les techniques de votre discipline. Lorsque vous êtes dans cet état lors d’une compétition, l’adversaire a tous les avantages sur vous. Quelque soit sa performance, s’il arrive à garder son calme et à être serein il vous battra.

Que faire ?

Quelque soit votre performance et le nombre d’heures d’entraînement que vous faites par semaine, dites-vous que votre adversaire a sûrement fait de même et que malgré sa performance vous allez donner le maximum de vous et le dépasser.

NB : Une bonne préparation mentale n’exclue pas la préparation physique, aucune ne doit être négligée. Les deux doivent être associées pour un bon rendement.

Stephane AGOUNKE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :