Quand les adultes retournent à l’école

Quand les adultes retournent à l’école

Retourner à l’école, c’est se rendre compte qu’on ignore. C’est savoir qu’on possède certaines fausses notions, ou des notions incomplètes ou nulles. L’éducation est, en partie, une question de connaissances extérieures, évidemment. Mais elle doit être basée avant tout sur une connaissance et une sagesse intérieures.

On comprend bien que si l’État intérieur est faux, ces notions qui en sortiront seront fausses également. C’est une vérité élémentaire. Mais beaucoup de gens refusent de voir les vérités élémentaires, parce qu’ils en ont peur. Une déviation psychologique se traduit dans toutes nos actions, de la plus petite jusqu’à la plus grande, avec des effets plus ou moins accentués.

Cela est vrai pour tous les complexes, les sentiments d’infériorité, les refoulements, etc. Se rééduquer signifie donc sortir de la gangue qui, peu à peu, s’est solidifiée autour de soi. Et surtout, retourner à l’école suppose que l’on accepte d’ignorer !

Combien de fois entend-on : « Je sais tout de même bien comment je dois élever mon enfant, et je n’ai de conseils à recevoir de personne à ce sujet! »

Notez bien que cette même personne mendierait les conseils de son mécanicien s’il s’agissait de la télévision de sa voiture ; elle demanderait des vues particulières pour achat de pneus, la construction de sa maison, etc. Mais pour l’éducation, cette position est enfantine et agressive.

Elle montre donc une peur. C’est une position de fausse supériorité, produite par un sentiment d’infériorité. Retourner à l’écolé signifie « s’apprendre soi-même ». Sinon, aucune éducation ne peut se faire qui soit entièrement valable.

LA REDACTION

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :