La félicité du pauvre, c’est la satiété alimentaire

La félicité du pauvre, c’est la satiété alimentaire
Image illustrative

La vie humaine a des degrés de noblesse. Et cela est habituellement lié aux moyens de vivre dont dispose les individus ou les groupes. La félicité du pauvre c’est la satiété alimentaire. Puisque c’est pour cela qu’il se bat tout le temps, alors que pour le riche, pour l’homme qui a réglé ses problèmes d’alimentation, la joie ou la félicité se trouve dans des préoccupations moins terre à terre. Elle est recherchée dans la culture humaine, non pas la culture pour la nourriture, mais la culture pour elle-même.

Parmi toutes les créatures, pendant que des animaux ne se déplacent que pour des nécessités biologiques l’être humain seul voyage par curiosité. Et parmi les hommes, le plaisir de voyager est de beaucoup moins l’apanage des races préoccupées à lutter pour leur subsistance que celui des peuples qui furent les premiers à conquérir les forces de la nature. Bon nombre d’écrits des auteurs du tiers monde furent réalisés à l’occasion des voyages de nécessité et non de curiosité. Viennent donc le temps où nous aurons assez de nourriture pour pouvoir penser à autre chose que la nourriture. La félicité du pauvre, c’est la satiété alimentaire.

Que retenir de ce proverbe des sages d’Afrique ?

La faim est un besoin fondamental de l’homme. Il serait important de travailler pour combler ce besoin primaire. La faim est à l’origine de plusieurs fléaux de nos jours. Et sur le plan psychologique, ce proverbe trouve son application dans nos quotidiens. Dans l’éducation, il consiste à prendre conscience de l’importance de nourrir la famille. Dans le monde du travail, il consiste à travailler pour au moins répondre à ce besoin primaire.

Voici mon post pour vous dans AFROPSY sur MONPSYCHOMAG. Comme d’habitude vous pouvez intervenir dans les commentaires juste en bas de l’article. Bien de choses à vous sur votre magazine africain de psychologie. N’oubliez pas de vous abonner gratuitement à MONPSYCHOMAG.

LA REDACTION

2 commentaires sur “La félicité du pauvre, c’est la satiété alimentaire

  1. Toujours dans la psychologie, en santé il trouve son application dans le faite qu’une fois satisfait ce besoin il est source de tranquillité mental puis de force et d’énergie pour se relancer. Le simple fait de savoir que ce besoin est assouvi, rends l’individu plus calme et à l’abri de souciance alimentaire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :