La peur d’être heureux : la chérophobie

La peur d’être heureux : la chérophobie
Image illustrative

La peur d’être heureux peut désormais se diagnostiquer. Elle se nomme chérophobie. Certains psychologues ont catalogué ce trouble comme la chérophobie. La peur d’être heureux. Ce trouble empêche les individus qui en souffrent d’accéder au bonheur.

La chérophobie peut se définir comme la peur inexplicable qu’ont certaines personnes à atteindre un état positif. Comment peut-on reconnaître la chérophobie ? Quels sont ses symptômes ? Existe-t-il un traitement pour ce trouble ? Toutes ses questions ont leur réponses dans la suite.

Les symptômes de la chérophobie

Anxiété à l’idée d’une réunion sociale joyeuse, comme un concert ou une fête. Rejet des opportunités pouvant conduire à des changements positifs. Aversion pour participer à des activités que la plupart des personnes considèrent comme « divertissantes ».

Peut-on le traiter ?

Lorsque vous présentez ces symptômes et vous désirez un changement, sachiez qu’il existe une palette de traitement pour ce trouble.

Les TCC (Thérapies cognitivo-comportementales). Elles permettent au patient de reconnaître les pensées négatives qui l’amènent à des conclusions peu utile. La TCC lui permet d’éliminer ces cycles de pensée.

La relaxation. Les exercices de relaxation aident le patient à comprendre que la sensation de bien-être n’est pas suivie d’un événement négatif. La respiration carré, tenir un journal, aident véritablement à finir avec sa phobie.

S’exposer à des évènements heureux. L’exposition à des situations heureuses permettent au patient de savoir qu’il n’y a pas de danger à vivre une situation heureuse.

Notons que les individus introverti ou perfectionnistes ont plus de risques de souffrir de cette phobie. Dans le cas des personnes introverties, elle préfèrent se centrer sur des activités individuelles et peuvent se sentir intimidées en groupe.

Pour certains psychologues, les patients souffrant de la dépression peuvent être amené à vivre un rejet des émotions positives. Le DSM (Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux) ne classe pas la chérophobie comme un trouble en tant que tel.

La rencontre avec un psychologue est nécessaire pour se faire accompagner an cas de souffrance de cette phobie. Demander de l’aide est le premier pas vers votre guérison.

Kevin DAH

Conseiller d'orientation professionnelle-RH. Disponible pour assurer des interventions au Togo en Afrique et dans le monde. Je suis joignable au kevindah62@gmail.com ou au 0022892108694

Un commentaire sur “La peur d’être heureux : la chérophobie

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :