Violences psychologiques au travail

Violences psychologiques au travail

Hello chers lecteurs. Je vous espère en forme. Bienvenus dans ce nouveau numéro où comme promis nous allons parler des violences psychologiques au travail. Précédemment je vous avais parlé des violences physiques en entreprise et nous avions vu qu’elles engendrent elles-mêmes les violences psychologiques.

Qu’entend t-on par violence psychologique ?

On appelle risque psychologique tout risque ou toute situation qui dérange l’équilibre psychologique du travailleur. Par extension, les risques psychosociaux (RPS) correspondent à des situations de travail où sont présents, combinés ou non :

  • du stress : déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes de son environnement de travail et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face ;
  • des violences internes commises au sein de l’entreprise par des salariés : harcèlement moral ou sexuel, conflits exacerbés entre des personnes ou entre des équipes ;
  • des violences externes commises sur des salariés par des personnes externes à l’entreprise (insultes, menaces, agressions…) ?

Quels sont les facteurs de violence psychologique au travail ?

Certaines situations parmi tant d’autres peuvent favoriser les violences psychologiques. Entre autres nous avons:

Intensité et temps de travail

Cette première catégorie comprend les notions d’« exigences psychologiques » (voir modèle de Karasek) et « d’efforts » (voir modèle de Siegrist) mais plus largement les contraintes de rythme, l’existence d’objectifs irréalistes ou flous, l’exigence de polyvalence non maîtrisée, les instructions contradictoires, les longues journées de travail, le travail en horaires atypiques, l’imprévisibilité des horaires de travail…

Exigences émotionnelles

Les exigences émotionnelles font référence à la nécessité de maîtriser et façonner ses propres émotions. Elles concernent essentiellement les métiers de services : exigence de sourire ou de bonne humeur, tensions avec le public, contact avec la souffrance ou la détresse humaine. L’exigence de devoir cacher ses émotions peut également concerner d’autres secteurs d’activités quand la culture dominante de l’entreprise est le contrôle total de soi en toutes circonstances et l’affichage constant d’une « attitude positive ».

Manque d’autonomie

L’autonomie au travail désigne la possibilité d’être acteur dans son travail. Elle rejoint la notion de « latitude décisionnelle » » (voir modèle « job strain » de Karasek) et inclut non seulement les marges de manœuvre (la possibilité de s’auto-organiser dans son travail) mais également la participation aux décisions qui concernent directement son activité ainsi que l’utilisation et le développement de ses compétences.

Vous vous demandez surement depuis tout à l’heure ce que c’est le modèle de Karasek et qui est Karasek. Eh bien, le questionnaire de Karasek, du nom de son principal initiateur, un sociologue nord-américain qui a travaillé sur la tension au travail, est un outil internationalement utilisé pour décrire les facteurs de risques psychosociaux au travail. Ce questionnaire évalue trois dimensions de l’environnement psychosocial au travail : la demande psychologique, la latitude décisionnelle et le soutien social.

Les conséquences des violences psychologiques au travail

Comme vous vous en doutez, la conséquence immédiate des violences psychologiques au travail est l’incapacité du travailleur à fournir un rendement optimal. Outre cela, les violences psychosociaux sont souvent résumés en stress au travail, stress qui engendre à son tour des maladies cardio-vasculaires, l’anxiété, la dépression, l’épuisement professionnel, voire le suicide. Espérant ne pas en arriver là, le psychologue du travail doublé par le médecin du travail ont pour rôle de veille à ce que les risques de violences psychologiques soient étouffés dans leur œuf afin de garantir un environnement de travail stable et adéquat pour un bonne évolution de l’entreprise. Néanmoins, il serait judicieux en tant que travailleur de prévenir le stress au travail.

Nous voici à la fin de ce numéro, j’espère que ça vous a plu. Vous êtes victime de violences psychologiques au travail, ou vous n’arrivez tout simplement pas à gérer votre stress ? Demandez gratuitement une consultation auprès d’un spécialiste de notre magazine africain de psychologie ou posez votre question sur notre section « Questions » . Et n’oubliez pas de commenter l’article pour expliquer votre point de vue sur le sujet, que vous viviez cette situation de près ou de loin.

Candide SOSSOU

Hello chers lecteurs. Je suis Sossou Essi Candide, psychologue du travail et des organisations en formation. En parallèle je suis une jeune écrivaine, maman de Je Vais Bien. Je pense que vivre en société implique beaucoup de choses auxquelles beaucoup de gens ne sont pas initiés. Parmi ces choses figurent le fait de se connaitre soi-même et de connaitre les autres. Et si nous nous initions ensemble !? Rendez-vous chaque mardi dans la rubrique CONNAISSANCE DE SOI ET DES AUTRES, sur le site MONPSYCHOMAG. Je serai ravie d'interagir avec vous sur n'importe quelle question qui vous préoccuperait à ce sujet. A bientôt!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :