Violences physiques au travail

Violences physiques au travail
Image illustrative

Le monde du travail regorge de plusieurs aspects sombres dont tout le monde n’a pas forcément connaissance. Parmi ces aspects, figurent les violences physiques en milieu de travail. Eh oui! Les violences au travail existent bel et bien, aussi bien en Occident qu’en Afrique. Ils font partie des risques au travail, parallèlement aux violences psychologiques qu’ils engendrent d’ailleurs. Qu’est-ce qu’il en est précisément ?

Qu’entend t-on par violences physiques au travail ?

Selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT), la violence au travail réfère à toute action, tout incident ou tout comportement qui s’écarte d’une attitude raisonnable par lesquels une personne est attaquée, menacée, lésée ou blessée, dans le cadre ou du fait direct de son travail.

Cette violence peut être sous forme de coups avec ou sans blessures, d’insulte, d’humiliation, de menace de mort, d’harcèlement ou d’agression sexuelle ou encore de destruction de son matériel. L’individu peut être victime de cette violence directement ou en être témoin mais dans tous les cas, la violence physique au travail parasite l’équilibre psychologique du travailleur.

D’où provient cette violence ?

La violence physique au travail en entreprise peut provenir aussi bien de l’employeur, d’un client, d’un fournisseur, d’un autre collègue ou encore d’une personne extérieur à l’entreprise. Cependant la responsabilité en cas de violence physique sur l’employé incombe toujours à l’employeur ; qu’il soit lié directement ou non à la violence.

Dans notre société, vous aurez surement constaté que certains secteurs de travail sont plus à risque de violence que d’autres. Ce sont les secteurs où il y’a contact physique direct entre le travailleur et son supérieur ou avec ses clients. C’en est de même pour les travailleurs indépendants qui sont en contact direct avec leurs clients et qui sont fatalement soumis aux changements d’humeur de ces derniers. Comme quoi on dit que le client est roi...

C’est le cas de la vente au détail (les vendeurs ambulants par exemple) l’enseignement, le secteur médical, le transport (les conducteurs de taxi ou taxi-moto par exemple) , la sécurité publique…

Type de travail comme facteur de violences physiques au travail

Certaines conditions déjà présentes dans le travail lui-même prédisposent les travailleurs à ces violences. On peut citer entre autres:

-le travailleur qui manipule de l’argent, des objets de valeur

-le travailleur qui s’occupe de personnes instables ou en détresse (le psychiatre par exemple)

-le travailleur qui a un poste de nuit (les gardiens de nuit par exemple)

-le travailleur qui a un lieu de travail mobile (les livreurs par exemple)

-le travailleur durant des changements organisationnels intenses ou à des moments stressants du mois, de la semaine ou de l’année (la période des fêtes par exemple, lorsque ce dernier est soumis à beaucoup de pression)

-le travailleur qui doit être rigoureux vis à vis du client ou dans un environnement de plus en plus ouvert à la violence ( c’est le cas par exemple des forces de l’ordre, des inspecteurs, des conseillers, des enseignants, etc…)

-etc…

Outre toutes ces conditions précitées, force est de constater que les femmes et les individus ayant un travail précaire rentrent également dans cette marge de risque. Il faut aussi préciser que l’avènement du coronavirus en même temps que du télétravail a eu un impact positif, dans ce sens où les rapports physiques entre les acteurs professionnels sont minimisés, diminuant ainsi les risques de violence physique.

Comment remédier aux violences physiques en milieu professionnel ?

Comme tout risque de travail, la prévention est la première arme contre les violences physiques. Cette prévention débute au niveau de l’employeur lui-même qui sera dument formé par le psychologue du travail. C’est là toute son utilité. La sensibilisation est de mise, il faudrait mettre toutes les entités du milieu professionnel au courant de l’existence de ces risques afin qu’ils y soient au moins préparés, et/ou qu’ils évitent d’en devenir des acteurs.

La violence physique au travail, qu’il vous touche de prêt ou de loin, est une réalité. Ses conséquences sont néfastes aussi bien pour le travailleur qui en est victime, que pour l’entreprise elle-même. L’une des conséquences directes est la violence psychologique sur laquelle nous reviendrons dans le prochain numéro. Vous pouvez néanmoins commencer à énumérer dans votre entourage professionnel et à nous donner les risques de violence physique que vous y trouvez.

Vous avez des questions sur les violences physiques au travail, et vous souhaitez en savoir plus ? Demandez gratuitement une consultation auprès d’un spécialiste de notre magazine africain de psychologie ou posez votre question sur notre section « Questions » . Et n’oubliez pas de commenter l’article pour expliquer votre point de vue sur les violences physiques au travail, que vous viviez cette situation de près ou de loin.

Le meilleur s’installe en vous, toujours!

Candide SOSSOU

Hello chers lecteurs. Je suis Sossou Essi Candide, psychologue du travail et des organisations en formation. En parallèle je suis une jeune écrivaine, maman de Je Vais Bien. Je pense que vivre en société implique beaucoup de choses auxquelles beaucoup de gens ne sont pas initiés. Parmi ces choses figurent le fait de se connaitre soi-même et de connaitre les autres. Et si nous nous initions ensemble !? Rendez-vous chaque mardi dans la rubrique CONNAISSANCE DE SOI ET DES AUTRES, sur le site MONPSYCHOMAG. Je serai ravie d'interagir avec vous sur n'importe quelle question qui vous préoccuperait à ce sujet. A bientôt!

Un commentaire sur “Violences physiques au travail

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :