Savez-vous ce que c’est que l’autosexualité et la sologamie ?

Savez-vous ce que c’est que l’autosexualité et la sologamie ?

Bien le bonjour très chers lecteurs et abonnés de MONPSYCHOMAG, aujourd’hui dans la rubrique sexualité nous vous emmenons à la rencontre des sologames ces gens qui s’aiment eux-même. Vous pensez qu’il faut être au moins deux pour créer une relation ? Les autosexuels et les autoromantiques affirment que non. Eux ne cherchent qu’à se plaire à eux-mêmes, et ils adorent ça.

Nous sommes à l’ère de l’acception et de l’affirmation de soi. Des salles de yoga aux couvertures des magazines féminins, en passant par le rayon développement personnel des librairies, tout nous invite à nous aimer nous-mêmes. Pour certains, s’aimer soi-même va bien au-delà de la philosophie de vie et devient une véritable forme de sexualité. On les appelle les autosexuels.

Les personnes autosexuelles ressentent donc une attirance sexuelle envers leur propre corps. Certains parlent même de romansturbation : un rendez-vous galant en bonne et due forme avec soi-même, suivi d’une séance solo sous la couette.A priori, ça ressemble à de la masturbation ritualisée. Rien de bien nouveau – même si le sujet continue de déranger, notamment sur les réseaux sociaux. Mais l’autosexualité peut aussi être accompagnée d’autoromantisme, c’est-à-dire être amoureux de soi-même au même titre qu’un sentiment développé envers une autre personne. Certains autosexuels/autoromantiques choisissent de s’engager et d’entretenir une relation exclusive avec leur propre personne. On parle alors de sologamie. Et cet engagement de sologame peut aller jusqu’à l’auto-mariage, le fait de se marier avec sa propre personne et dire qu’ils sont en couple avec eux mêmes.

La pratique n’est pas reconnue légalement, mais comme le mariage entre deux personnes, c’est déjà un business pour certaines entreprises qui proposent des kits d’auto-mariage.Il est difficile d’évaluer la proportion d’autosexuels, encore peu visibles dans la société. En revanche, certains n’hésitent pas à revendiquer haut et fort leur identité autosexuelle. C’est le cas de l’autrice Ghia Vitale, autosexuelle, gender-fluid, autoromantique et… heureuse. La psychologie se propose de savoir s’il s’agit d’un trouble ou d’une normalité en fonction de différentes notions. C’est un sujet qui affole encore la toile, et les avis sont très negatifs sur les autosexuels(lles) et les sologames.

Alors dites nous ce que vous pensez de l’autosexualité et de la sologamie. Exprimez vos points de vues. Nous sommes à votre écoute.

Wisdom BEDE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :